Une analyse anthropologique du processus de Concertation dans des Communes du Guidimakha (Mauritanie)

Enjeux locaux et influences externes, conflits politiques et citoyenneté communale –

Rapport de mission de recherche pour compte du Groupe de Recherche et Réalisations dans le Développement Rural (GRDR), En Mauritanie, en 2006. Une partie de ce travail a été repris dans l’ouvrage: Ciavolella, Riccardo. 2010. Les Peuls et l’Etat en Mauritanie. Une anthropologie des marges. Paris:Karthala. Des considérations plus générales sur ce travail d’anthropologie appliquée ont été publiées en italien dans l’article: Ciavolella, Riccardo. 2012. “Per chi parla l’antropologo. Legittimità della ricerca tra i marginali dello sviluppo, partendo da un caso della Mauritania centro-meridionale”. In Francesca Declich, ed., Il mestiere del consulente antropologo. Riflessioni su esperienze tra sviluppo e istituzioni. pp. 51-63, Roma: Carocci. –

 

Cet article est le résultat d’une enquête menée comme chercheur associé dans des Communes d’intervention du GRDR en Mauritanie.[1] L’objectif de l’enquête était d’entamer une réflexion socio-anthropologique et d’offrir des nouveaux éléments d’analyses à propos des capacités des projets d’appui à la décentralisation de favoriser le développement de la cohésion sociale et donc d’un sentiment d’appartenance partagé au sein des Communes ciblées. Il s’agit là d’un type de recherche dont généralement les acteurs du développement ressentent le besoin, dans le souci d’appréhender la société où ils interviennent et les transformations que la mise en place des projets peut produire. Cependant, ce type de recherche ne rencontre pas souvent la disponibilité des Ong à s’investir et surtout à investir des ressources dans des enquêtes qui ne peuvent pas donner les réponses tangibles, immédiates et matérielles (un puit, un barrage, une école…) auxquelles les bailleurs de fonds lient leurs appuis financiers. Dans le cas de notre collaboration avec le GRDR, ces contraintes ont pu être dépassées grâce à une convergence d’intérêts et d’orientations entre chercheur et agent de développement. Penché depuis longtemps sur les questions d’identité et politique en Mauritanie dans le cadre d’une recherche doctorale en anthropologie politique, nous nous sommes intéressés aux projets d’appui à la décentralisation du GRDR, pouvant ainsi répondre au souci de l’association pour les effets sociaux de son Programme d’Appui aux Initiatives de Développement Local (PAIDEL) et en particulier des Cadres Communaux de Concertation (CCC). Ces instances réunissent les représentants de tous les villages et des associations ou coopératives locales avec les autres acteurs institutionnels de la Commune (Figure 1).

Capture d’écran 2013-08-28 à 16.30.35

Figure 1 : Exemple type d’un CCC

 

Trois préoccupations majeures orienteraient les actions du Paidel :

–      la responsabilisation des acteurs locaux dans la définition des objectifs et finalités des actions entreprises dans leur territoire (Crochet 2006) ;

–      la participation de tous les acteurs communaux à la prise des décisions concernant les projets de « leur » développement ;

–      la construction d’un cadre favorisant la cohésion sociale et la compréhension réciproque entre les acteurs.

Les trois objectifs (responsabilisation, participation, cohésion) semblent se résumer dans une idée de citoyenneté communale, indissociable d’un sens d’appartenance partagée à un même territoire local et à la même entité politique qui lui correspond, autrement dit un sentiment d’appartenance communale. Il était alors question pour nous d’enquêter la contribution du Paidel à la construction de cette identité communale, en questionnant et analysant trois phénomènes :

  1. La capacité du processus de concertation à remettre en avant les nécessités « locales » prioritaires des populations concernées – contre l’influence d’intérêts externes dans la définition des priorités des affaires politiques ;
  2. La capacité du processus de concertation à ré-activer un intérêt des populations pour les affaires concernant leur commune – contre les formes de désaffection politique ;
  3. La capacité du processus de concertation à favoriser un éventuel sens d’appartenance « communale » – au détriment des allégeances partisanes et communautaristes.

L’intérêt de ces thèmes de recherche a été accru par la phase politique particulière que les Communes et la Mauritanie en général traversaient au moment de l’enquête. Les deux mois et demi de recherche dans les Communes ont effectivement coïncidé avec la préparation de la campagne électorale pour les élections municipales du 19 novembre 2006, étape significative de la transition politique activée par le nouveau pouvoir depuis août 2005 et pour le processus de décentralisation mauritanien plus généralement. Cela devait nous permettre selon nos objectifs premiers :

–      d’une part, d’établir quelques conclusions sur les conséquences sociales de l’appui à la décentralisation du GRDR, actif depuis 2000, à un moment de transition politique pour les partenaires institutionnels locaux ;

–      de l’autre, de saisir les enjeux qui sont au cœur des actions et des projets de développement dans la nouvelle saison politique qui s’ouvrait.

 

Analyse préalable : les sociétés à travers leurs conflits

Afin d’analyser l’impact des projets de développement sur la cohésion et le changement sociaux dans les espaces d’intervention, il nous faut d’abord prendre conscience des enjeux politiques ou économiques autour desquels s’articulent les conflits sociaux. Cet accent sur le conflit pourrait sembler biaisé par une recherche injustifiée des seuls facteurs d’instabilité, d’opposition, voire de violence dans une société, en négligeant les éléments d’intégration et cohésion entre les groupes. Pourtant, l’analyse des conflits reste un axe de recherche indispensable pour la compréhension d’une société, en affinant notre façon d’envisager et concevoir l’idée même de conflit : non plus un événement à écarter à tout prix, mais plutôt un phénomène inévitable de toute société, où s’exprimeraient les intérêts, les nécessités et les orientations parfois contradictoires de tous les acteurs concernés[2]. Dans cette perspective, le conflit sera jugé exclusivement en fonction de ses conséquences. C’est aux acteurs sociaux concernés de déterminer selon leurs choix et leurs stratégies l’aboutissement du conflit à une situation de stabilité et justice ou à sa dégénérescence. La perspective du Paidel et du CCC va donc dans ce sens : il s’agit non pas d’éliminer les raisons des conflits, mais bien de créer des instances capables de canaliser les revendications à travers la participation, la responsabilisation et la reconnaissance mutuelle.

D’emblée, il a fallu analyser les enjeux et les facteurs de conflit dans les Communes prises en considération. Deux catégories d’enjeux et facteurs de conflit ont été retenues. D’une part, on considère les enjeux locaux, exprimant par cela les ressources et les intérêts aux centres des compétitions relevant des nécessités immédiates des populations concernées, souvent liées à l’exploitation des ressources et à la gestion des espaces communs. De l’autre, on retiendra les influences que peuvent avoir sur les espaces locaux les facteurs externes à ces mêmes espaces, avec l’intervention d’acteurs qui ont des intérêts et perspectives, souvent  politiques, qui dépassent les problèmes concrets et immédiats des populations concernées. Enjeux locaux et facteurs externes sont bien sûr intimement liés, mais cette distinction nous permettra de mettre l’accent sur les nécessités primaires des populations concernées et de mieux interpréter certains phénomènes conflictuels. Il s’agit en particulier de ce qu’on appelle communément « conflit ethnique ». Dans un contexte africain tel que celui pris en considération, les analystes ont tendance à y voir la manifestation d’oppositions « ethniques » : selon cette perspective, la simple différence entre certaines populations engendrerait la possibilité d’un conflit entre elles. La responsabilité reviendrait donc aux populations locales, incapables de coexister dans le même espace à cause de leurs différences. Dans la région étudiée, la complexité culturelle et la multiplicité des groupes expliqueraient à elles seules la manifestation et l’exacerbation de conflits : Maures, Peuls, Soninkés, haalpulaar’en, Blancs, Noirs, nobles et groupes serviles ne pourraient que vivre constamment dans une logique vicieuse de compétition, toujours aux bords de l’explosion de violence. Les événements « ethnico-raciaux » de 1989 constitueraient alors la manifestation emblématique d’une conflictualité innée des populations de cette région théâtre des affrontements. Cependant, une analyse portant sur une distinction entre enjeux locaux et facteurs extérieurs nous conduit à nuancer, voire même à bouleverser cette perspective en démontrant que les préoccupations primordiales des populations concernées, et donc les enjeux aux centres de leurs compétitions, sont la plupart du temps des nécessités de base, des besoins de survie qui n’ont presque rien à voir avec l’affichage politique des appartenances et donc des conflits « ethniques ». Si cela se produit à niveau local, c’est souvent à cause de l’intervention dans la vie de ces villages de facteurs externes : intérêts politiques, institutions, stratégies de réussite…

Enjeux locaux

La région d’intervention du GRDR en Mauritanie est caractérisée par des conditions économiques précaires. La vie de la plupart des villages se résout, du point de vue économique, à des activités de survie. L’agriculture et l’élevage pratiqués ne permettent pas la production d’excédents susceptibles d’entrer dans un réseau marchand générateur de capital. La production reste donc limitée à l’autosubsistance ou à l’intégration de marchés peu rentables. Dans ces conditions précaires de subsistance, les enjeux aux centres des intérêts de ces villages se limitent aux facteurs indispensables à la survie et aux activités économiques primaires  (CDHLP 2004; CDHLP et al. 2004; MDRE/GTZ/ARGE and ECO-IRAM 2001). À partir de la recension des nécessités exprimées explicitement par les villages, on peut alors saisir déjà les enjeux aux cœurs des préoccupations des populations concernées[3]. Le croisement de nos enquêtes qualitatives et des Monographies des Communes réalisées par le Grdr (GRDR 2000) nous permet d’établir cette liste résumant les nécessités exprimées par les villages[4] :

–      Accès à l’eau pour consommation / puits et sondages ;

–      Accès à l’eau pour abreuvement du bétail et irrigation des champs / puits et puisards ;

–      Accès à la terre ;

–      Grillages pour la protection des champs de la divagation des animaux ;

–      École ;

–      Autres (parc de vaccination, électricité, hôpital, boutique…)

De cette esquisse des besoins de base exprimés par les populations, on peut comprendre que les enjeux locaux se focalisent sur le contrôle des ressources naturelles, indispensables aux activités économiques primaires. C’est effectivement autour de ces questions que se manifestent les conflits locaux entre villages. Le conflit le plus récurrent qui se crée autour de ces enjeux est celui qui oppose les agriculteurs aux éleveurs, en particulier au sujet de la divagation du bétail dans les champs cultivés. Les collectivités locales démontrent cependant une grosse capacité dans le règlement autonome et consensuel de ce type de conflit. Le règlement des différends peut se faire de manière totalement informelle ou assumer des modalités de plus en plus articulées dans la formalisation et l’institutionnalisation : de l’accord direct entre agriculteur et éleveur (cas de…) jusqu’à des instances délibérantes inter-villageoises et inter-communales (cas de…), qui peuvent même dépasser le cadre des bornes nationales dans le cas d’un différend transfrontalier (cas de…). Il se peut également que la pression démographique sur des ressources naturelles faibles ne dégénère pas en un conflit ouvert grâce à des modalités locales pour l’élaboration d’un accord sur le partage ou l’utilisation commune des ressources (accès aux puits, cas de…). Cependant, ces formes locales de régulation des controverses autour des ressources fonctionnent dans des contextes de reconnaissance et légitimité réciproques entre les acteurs. Cela requiert une certaine connaissance mutuelle, une prise de conscience des nécessités de la négociation, une stabilité dans les relations politiques et sociales, voire une complémentarité économique entre villages. Ces conditions ne semblent pas satisfaites dans le cas de l’intervention de facteurs externes au contexte local. Comment des modalités locales et autonomes de régulation peuvent agir dans le cas de la divagation d’animaux transhumant depuis des régions lointaines ? Comment les sociétés locales peuvent réagir à l’installation sur « leur » territoire de populations « étrangères » à leur espace et donc partager avec celles-ci des ressources déjà précaires ? Comment les villages se positionnent politiquement lorsque leur contexte est soumis aux décisions politiques qui sont prises ailleurs ? En général, comment les facteurs extérieurs déterminent localement des conflits et comment les sociétés locales peuvent en trouver des réponses ?

Toutes ces questions demandent de sortir du cadre exclusivement local et d’ouvrir les perspectives d’analyse aux influences externes sur le contexte pour en mesurer les effets sur les conflits. La séparation conceptuelle qui a été faite entre enjeux locaux et facteurs externes n’implique aucune division nette entre les raisons locales et supra-locales des conflits, les deux restant intimement liées. La séparation nous permet plus simplement de saisir l’origine des conflits pour mesurer la capacité des acteurs qui agissent dans le cadre de la proximité et du local – comme l’administration décentralisée (Commune) ou les instances de concertation (CCC du GRDR) – de faire face à des conflits qui peuvent trouver leur origine à l’extérieur de leur espace d’intervention ou requérir des solutions au-delà de leurs pouvoirs.

 

Influences et facteurs supra-locaux des conflits

  1. Dans l’accès à la terre :

Comme on l’a vu, l’une des raisons de conflits les plus importantes est l’opposition entre éleveurs et agriculteurs. Ces catégories doivent être bien évidemment nuancées puisque la région est entrée dans une phase de transition économique, durant laquelle les populations essaient de différencier leurs activités associant agriculture et élevage. Cela implique que les problèmes liés à ces activités économiques sont souvent ressentis indistinctement par toutes les populations. Les agriculteurs, en particulier Soninkés, mais aussi haalpulaar’en et les Maures sédentarisés depuis longtemps, ont une propension à l’intégration de certaines activités d’élevage. Tout comme pour les éleveurs, la possession du bétail est interprétée par les agriculteurs comme une sorte de « compte en banque », un capital voué à assurer une « sécurité financière », indispensable dans ces contrées soumises aux aléas climatiques, environnementaux et économiques et à la perspective constante du risque de perte de la récolte. En cas de conflit avec des éleveurs à cause de divagation d’animaux dans les champs ou de pression foncière sur les mêmes terres, les agriculteurs se décrivent comme des victimes qui n’ont que « la force des bras, alors que les Peuls sont riches avec tout leur bétail. Il leur suffit d’en vendre pour manger, alors que nous devons espérer dans la récolte ». Pourtant, ces « riches » éleveurs aspirent tout comme les agriculteurs à diversifier leurs activités économiques et donc dans leur cas à cultiver des terres. Mais cette transition vers l’agriculture est une question beaucoup plus sensible que la simple acquisition de bétail par les agriculteurs. La volonté de cultiver des terres, qui fait suite au mouvement plus général de sédentarisation, provoque une pression foncière difficile à maîtriser : les éleveurs, qui jusque-là transhumaient dans des espaces de sémi-nomadisation, rentrent massivement dans la compétition pour le contrôle des terres. Cette pression foncière de la part des éleveurs est déterminée par différents facteurs de nature sociale et économique :

  1. Une sédentarisation forcée par la sècheresse des années 1970 et réitérée avec celles des années 1985 et 2003 ;
  2. La nécessité de différencier les activités économiques dans une phase d’instabilité écologique ;
  3. L’attraction pour des structures « modernes » : école, transports, communications.

À ces facteurs s’ajoutent des choix et des actions d’acteurs extérieurs aux communautés locales. Les projets de développement des institutions internationales, des institutions nationales (CDHLP) et des ONG (et du GRDR à l’occurrence), étant orientés vers la sécurité alimentaire et donc la production agricole, favorisent l’extension et l’intensification de l’exploitation des terres. Ils participent alors de ce processus de limitation des espaces pastoraux et des couloirs de transhumance qui décourage les mouvements sémi-nomades et les activités pastorales extensives. Enfin, l’administration d’État, plus dans un souci de contrôle des populations que de développement, a dans le passé imposé la sédentarisation à des populations qui échappaient facilement aux collectes d’impôts ou d’autres formes de contrôle administratif ou politique. Cette imposition se reproduit aujourd’hui pour les populations de bergers semi-nomades qui reviennent des camps de réfugiés localisés au-delà de la frontière, après les années d’exil qui ont fait suite aux événements ethno-raciaux de 1989.

La transition vers la sédentarisation des populations semi-nomades se heurte à la pénurie de terres cultivables et des ressources nécessaires à l’agriculture dans la région. À partir de la réforme foncière de 1983[5], l’État a entamé un processus de privatisation et reconnaissance légale des titres de propriété de la terre (Leservoisier 1994; Marchesin 1992). Cette réforme a donc favorisé une course à l’occupation et à l’exploitation, nécessaires pour être reconnus comme propriétaire légitime, contribuant lourdement à la pénurie de terre actuelle :

 

« la plupart des terres de diéri actuellement cultivables sont déjà la propriété d’une famille. Les terroirs villageois sont désormais bornés et il n’y reste plus de terres à défricher pour les nouvelles familles qui s’installent. Ceci se traduit par une pénurie de terres dans certains villages et le recours à des prêts de terre » (GRDR 2006)

 

Dans ces conditions de pénurie, la pression foncière produite par les groupes d’éleveurs en transition vers la pleine sédentarisation débouche souvent dans une nécessité de « partage » des terres déjà attribuées, dans le meilleur des cas sous la forme de prêt. Les nouveaux installés sont donc traités de « hôtes », avec l’obligation du respect des droits de propriété des populations déjà implantées. D’autres fois, la question engendre un conflit sur la définition même des droits de propriété, en faisant intervenir des différentes formes de légitimité : une présence ancestrale, un droit coutumier, la présence avant les « événements », un droit octroyé par les colons, des promesses ou des permissions verbales d’un politicien ou un administrateur…

Cette situation ne peut que créer des conflits entre les villages qui de fait se retrouvent à « devoir » partager un même espace, des terres déjà intensivement exploitées et des ressources précaires. Les instances locales de régulation sont alors contraintes de faire face à un problème qui a des origines et des implications hors de son contexte d’intervention. Mais c’est surtout en matière de résolution des différends que ce type de conflit sort des compétences et des capacités de la Commune ou d’autres instances décisionnelles – telle le CCC-, le maire et les autres acteurs locaux pouvant seulement se limiter à une œuvre de médiation ou régulation informelle entre les parties. Le domaine foncier étant géré directement par l’État ( par le Ministère de l’Intérieur, ce qui rend compte de la sensibilité du sujet), les effets locaux des politiques foncières restent généralement hors du contrôle des Communes et des communautés locales. (Exemple : Goudiowol I et III)

Ce problème d’accès à la terre s’est renouvelé avec le retour des populations réfugiés au mali ou au Sénégal depuis les années 1989-1992. Ces vagues de retour ont commencé en 1993 lors de l’opération de « rapatriement volontaire » du HCR, qui consistait à couper toute aide alimentaire pour obliger « volontairement » les réfugiés à rentrer en Mauritanie à la recherche de meilleure fortune. Ces derniers temps de transition, grâce aux échos d’une « normalisation » mauritanienne, des nouvelles vagues de rapatriement sont venues bouleverser les équilibres régionaux. Les communautés rapatriées s’arrêtent souvent aux régions frontalières des Communes mauritaniennes sans reconquérir leurs terres d’origine et cela pour différentes raisons :

–      Leurs terres d’origine ne constituaient pas des terres cultivables ;

–      Leurs terres d’origine ont été occupées par d’autres populations ;

–      Les autorités leur ont imposé le lieu de nouvelle installation.

Toutes les populations rencontrées dans ces conditions lors de nos enquêtes souffraient des séquelles de leur marginalisation. On a pu résumer trois typologie de marginalité de ces villages de rapatriés par rapport à l’occupation de l’espace et à l’exploitation des terres :

  1. Partage de terres de centres « urbains » avec ressources, intégration aux réseaux de transport et vastes exploitations agricoles intensives. Ce partage se fait souvent selon la formule du prêt, ou mieux de l’hospitalité, mais elle se réduit à la concession d’espace pour le logement résidentiel et en partie résiduelle à l’allocation de terres cultivables (cas de Ould Yengé, de Baédiam avant crise…).
  2. Partage de terres avec villages marginaux. Ici, la pression sur les ressources se fait telle que la présence de nouveaux venus ne peut qu’engendrer une compétition entre nouveaux et anciens venus. (cas de Chikata, Hel Soukabes).
  3. Marginalisation quasi-totale : le village s’est construit sur des terres inexploitables, loin des propriétés terriennes des populations déjà présentes et excentrées par rapport aux réseaux de transport (cas de Chalkha Yéro, Dar es salam).

Ex : Hel Soukabe

 

  1. Dans les conflits dits « ethnique »

La question de l’installation des rapatriés renvoie directement à la question sensible des conflits dits « ethniques » dans la région. D’ailleurs, la conquête de terres a été dans plusieurs cas le mobile des exactions accomplies pendant les événements de 1989. Dans la discussion des enjeux locaux, on a vu comment les conflits déclenchés à niveau local ont peu ou rien à voir avec l’appartenance communautaire des villages. Pourtant, cette appartenance semble revêtir une certaine importance dans les évolutions politiques des Communes. Ces communautés participent à des événements politiques qui dépassent souvent leur contexte et qui mettent l’appartenance identitaire au centre des enjeux.

Les « événements » survenus dans la région prise en considération peuvent être résumés en deux catégories :

  1. Dans certains cas, les communautés villageoises qui vivaient dans la proximité spatiale ou dans la complémentarité économique n’ont jamais traduit les éventuels problèmes locaux en différends d’ordre « ethnique », représentant au contraire des sources de protection respectives (cas de Goudiowol I, II, III). Dans ces cas, les responsables des actes violents ont toujours été allogènes à la Commune. Les victimes ou les témoins de ces exactions n’attribuent aucunement la responsabilité de ce qui s’est passé aux voisins, dans l’indifférence de leur appartenance ethnique. Cette responsabilité est par contre attribuée aux autorités et à des groupes venant de l’extérieur, d’autres régions, d’autres contextes.
  2. Dans d’autres cas, des communautés partageant depuis longtemps le même espace et avec une longue tradition de relation culturelle se sont engagées dans des affrontements directs. Dans la région étudiée, il semble possible d’affirmer cette généralité : le conflit a explosé entre communautés locales là où la proximité de certaines autorités de l’État ou certains chefs tribaux ont manipulé les conflits et les intérêts locaux (cas de Ould Yengé).

Dans les deux cas, l’influence de facteurs extérieurs aux communautés prises en considération est évidente. Mais depuis les « événements », les choses ont beaucoup évolué. Il n’est plus question de crainte d’heurts. Pourtant, la question identitaire reste au centre des discours, même si l’on est passé de l’affrontement direct à l’articulation d’alliances variables entre les communautés, dans des modalités qu’on énoncera dans la partie sur l’identité politique de la Commune. Pour l’instant, on se limitera à relever l’importance que certaines affiliations tribales peuvent avoir dans la politique locale. Il s’agit souvent d’affiliations verticales en ce sens où les acteurs locaux entretiennent une relation de dépendance par rapport à certains chefs de leur communauté tribale. Ceux-ci sont dans la plupart des cas des ressortissants d’autres Communes, voire d’autres régions ou de Nouakchott. Ces chefs exploitent encore leur pouvoir de mobilisation sur leurs dépendants pour les diriger politiquement vers des acteurs politiques proches. C’est le cas par exemple d’un chef d’une tribu que l’on a rencontré lors de nos enquêtes. Habitants d’une Commune d’une région voisine, il était parti dans certains villages du Guidimakha traditionnellement rattachés à « sa tribu » pour donner des indications de vote lors de la préparation des élections municipales et nationales du 19 novembre 2006. Son opération se justifiait comme la tentative de « protéger ses populations » de la négligence attribuée aux autorités communales à l’égard de tous les villages de « sa tribu ». Cela démontre l’influence que les logiques politiques fondées sur l’identité, plutôt liées à la politique nationale, peuvent avoir dans le contexte local, sans que les acteurs politiques locaux puissent en avoir le contrôle. Cependant, cette manipulation par le haut doit être nuancée par l’utilité que ce type de dépendance politique signifie pour les communautés locales soumises aux directives politiques de leurs chefs tribaux. Il s’agit souvent de populations extrêmement marginalisées dans le contexte communal. La relation avec les hiérarchies tribales constituerait dans ces conditions une ressource pour obtenir certaines facilités que la Commune ne pourrait pas leur offrir. Dans le but d’entretenir la relation clientéliste avec leurs subordonnés, les hiérarchies tribales sollicitent des projets de développement (la construction d’une école ou d’un puit) directement aux administrations d’État, auxquelles ils ont accès dans le système politique national. L’utilité de cette relation clientéliste implique cependant que cette relation peut être rompue au cas où les communautés locales trouveraient d’autres formes d’allégeance politique qui puissent satisfaire leurs besoins et leurs aspirations. C’est le cas d’un village proche de celui visité par le chef de leur tribu qui, invoquant leur alliance politique avec le maire, soutenaient  que « l’esclavage est fini. Maintenant c’est la démocratie et la liberté. Le chef n’a plus aucun pouvoir sur nous » (cas de Hel Soukabe maure).

Dans la catégorie des oppositions de nature sociale et « identitaire », on peut également noter des conflits entre groupes d’une même unité linguistique, culturelle ou spatiale. Ce n’est pas la proximité culturelle qui empêche un conflit, surtout quand il y a, encore, l’intervention de facteurs extérieurs, parfois même au cadre national, comme dans le cas de la migration. La région étudiée est effectivement un bassin d’émigration, vers la France en particulier, de longue tradition (Manchuelle 1989; Manchuelle 1997; Timéra 1996). Les populations concernées par ce mouvement sont surtout les sédentaires installés dans des zones de plus haute productivité agricole et dans les villages les plus intégrés dans les réseaux communaux ou régionaux de transport, de communication, de marché ou politiques. L’émigration de longue date a incontestablement favorisé le développement économique des villages d’origine et donc leur essor comme pôles centraux dans les structures économiques et politiques de la Commune. Cela se produit pourtant au détriment des villages écartés du phénomène migratoire, celui-ci étant un enjeu tant de développement que de marginalisation. Le GRDR lui-même est né avec pour objectif de résoudre cette incohérence, permettant d’abord un réinvestissement dans les projets de développement de la rente migratoire, puis son élargissement, depuis l’activation du Paidel, à l’ensemble du territoire communal. Dans la zone étudiée, la contradiction entre développement de certains et marginalisation des autres n’aurait produit cependant aucune forme de conflit entre villages de l’émigration et villages écartés des mouvements transnationaux. Le conflit est plutôt né dans les mêmes bassins du mouvement migratoire. La rente de la migration étant un nouveau capital économique, elle se traduit localement en investissements souvent de portée symbolique, notamment les mosquées, qui revalorisent le migrant et sa famille dans le village d’origine. Le capital économique se traduit donc en un capital social qui ne reproduit pas forcément les hiérarchies sociales établies. Les nouvelles formes de prestige social qui se développent peuvent susciter des envies de rectifications des rapports de force politiques, créant ainsi une compétition à la fois symbolique (le prestige) et de pouvoir (chefferie locale, postes dans l’administration, représentations dans les partis ou sièges au conseil communal). Mais encore, le conflit peut tirer son origine dans l’espace extérieur de la migration, dans la banlieue parisienne par exemple entre émigrés, pour ensuite avoir des retombées « au pays » puisque le prestige de la famille dans son ensemble est en jeu. Cas de Boully.

 

Les facteurs extérieurs qui échappent aux possibilités de contrôle des communautés et des instances politiques locales dans la gestion des conflits, soit dans ceux de nature économique soit dans ceux de type social et ethnique, peuvent être résumés comme suit :

–      Le contrôle de l’État sur le domaine foncier ;

–      L’intervention d’ONG et association ;

–      L’installation de populations allogènes ou le retour de déplacés ;

–      Les alliances clientélistes (tribales ou autres, en particulier verticales) ;

–      Les violences communautaires ou d’institutions provenant d’ailleurs ;

–      La migration.

Dans ce contexte d’extrême exposition locale aux influences externes, les collectivités et les autorités politiques du territoire doivent construire un cadre consensuel de manifestation des conflits, en essayant de contribuer à la formation d’une identité communale partagée. En partant de la reconnaissance de la légitimité des pouvoirs communaux, on pourrait conférer à la Commune ce rôle d’instance de régulation de conflit, d’expression des revendications et d’acteur de développement pour répondre aux nécessités des villages, comme définis selon les principes de la décentralisation et du développement local et participatif ; principes qui doivent permettre l’émergence d’une identité communale.

 

Une identité communale ?

Identité territoriale

Le territoire est le premier élément d’un possible ancrage d’une identité communale partagée. Cependant, l’occupation d’un même espace communal n’implique pas directement le partage du même territoire. Les tracés des frontières administratives des Communes, tout comme les frontières nationales dessinées par le colonisateur, suivent souvent une logique arbitraire sur des lignes parfois droites. L’artificialité des espaces n’est pas cependant un obstacle insurmontable pour la construction d’une identité communale, puisque la création de cette entité a activé des logiques territoriales et des processus politiques qui donnent du sens à l’existence de cette entité. On devra alors évaluer la construction de l’identité territoriale non pas sur la base de l’artificialité ou de la pertinence des frontières communales, mais plutôt en fonction de ces nouvelles dynamiques, auxquelles l’entité communale participe pour la simple raison qu’elle existe : l’intégration ou la marginalité spatiales des villages, leur connaissance réciproque, les complémentarités économiques, la participation politique…

Pour effectuer cette opération d’évaluation de l’identité territoriale dans les Communes de l’enquête, on a « traduit » les territoires communaux en trois modèles stylisés.[6]

Figure 2 : Modèles de structure territoriale communale

 

Dans le cas A, on a une structure territoriale caractérisée par deux pôles communaux en contact avec un centre urbain d’envergure régionale à travers les deux axes routiers principaux, les seuls à être desservis par un service quotidien de transport. Le croquis résume deux types de fracture territoriale. Une première fracture s’articule entre les deux axes autour desquels la majorité des villages s’orientent. Cette séparation ne permet un contact entre les deux axes qu’en dehors de l’espace communal, dans le centre régional. Le deuxième type de fracture relève de la marginalité que certains villages expérimentent à cause de leur position excentrée par rapport aux villages situés le long des pistes.

Dans le cas B, des fractures du même type se reproduisent, avec des caractéristiques quelque peu différentes : une orientation vers la ville régionale plus faible et une succession dense de pôles régionaux, l’un des cas de figure dans une zone à haute intensité agricole ou commerciale à proximité d’un fleuve ou d’une frontière internationale. Ces structures territoriales déséquilibrées, qui s’expliquent dans les disparités dans l’accès aux transports, aux communications et aux marchés, se traduisent aussi par un manque de circulation de l’information sur le plan intra-communal. Cette situation est un obstacle tangible à la création de ces complémentarités économiques ou à cette reconnaissance mutuelle que l’on considère indispensable pour l’élaboration d’une citoyenneté communale. Cependant, une forme plus souple d’« identité territoriale » pourrait se construire grâce à la diffusion des transports et  à l’intensité des mouvements des personnes vers le centre régional, au moins pour les villages qui ne sont pas trop éloignés des axes de communication et pour les personnes intégrées de quelque sorte à un espace économique ou administratif plus vaste (commerçants, étudiants, femmes au marché, migrants régionaux ou nationaux…). Se constitue alors une forme particulière d’identité territoriale qui trouve son point de convergence, un peu paradoxalement, en dehors de l’espace communal, échappant ainsi partiellement aux enjeux de la sphère de la Commune.

Face à ces fractures territoriales, nous nous sommes demandés si dans un espace communal plus intégré l’élaboration d’une citoyenneté locale était plus évidente. Le croquis C de la Figure 2 modélise la Commune d’un chef-lieu de moughataa (département) qui, dans le dessin de l’État au moment de l’institution des administrations locales, assument toutes la même forme : un cercle de 6 kilomètres de rayon avec le chef-lieu de la Commune et du Département au centre. Cette conformation spatiale facilite l’intégration territoriale, ne serait-ce que pour l’exiguïté de sa taille et pour la position de pôle attractif que le chef-lieu revêt presque naturellement. Dans une situation de ce type, nous avons relevé sur le terrain que la marginalisation des villages, même ceux excentrés par rapport aux axes de communication principaux, a une incidence plus faible que dans les cas A et B. Chaque jour au moins un membre de chaque village se rend au chef-lieu, à pied si nécessaire, pour avoir accès au marché. Cette proximité spatiale favorise donc une intégration territoriale et par conséquent une connaissance mutuelle des membres de la plupart des villages. Cependant, nous n’avons pas trouvé dans ce contexte de meilleurs signes d’émergence d’un sens d’appartenance et d’une citoyenneté communale caractérisés par la responsabilisation et la participation. Cela laisse entendre que les aspects territoriaux, bien qu’influents, ne déterminent pas à eux seuls un cadre de citoyenneté communale. Des facteurs moins tangibles, mais peut-être plus lourds de conséquences, semblent être au centre de cette œuvre pour la construction d’une identité communale.

Identité politique

A elle seule, l’intégration territoriale ne suffit pas à la construction d’une identité communale, liée plutôt à l’idée d’identité politique et de conscience citoyenne. Elles impliquent une attribution de légitimité de la Commune dans son existence et dans l’intervention au sein des affaires qui concernent directement les villages. Cette reconnaissance devrait se traduire par une responsabilisation politique : « on sait que l’on fait partie d’une entité politique locale et on est donc responsable de ce qui se passe dans l’ensemble de la Commune ». Cette prise de conscience de responsabilité implique enfin la participation aux instances de concertation et de prise des décisions. Les Communes du Guidimakha ne sont encore qu’au début de cette œuvre de création d’une citoyenneté communale qui semble un objectif possible, mais pas évident.

Comme pour l’identité territoriale, la marginalisation politique de certains villages est l’un des obstacles à l’obtention de cet objectif. Cette marginalisation se manifeste à des degrés différents en fonction des alliances politiques. Certains villages, en particulier ceux des éleveurs ou des populations subalternes dans les hiérarchies statutaires traditionnelles, sont souvent en dehors des développements politiques de la Commune. Dans un éventuel classement de la marginalité, en tête à la liste, on trouverait les populations de réfugiés récemment  rapatriées : ils sont souvent considérés comme des simples hôtes, mais aussi comme des « envahisseurs » pour leurs demandes d’accès à la terre, leurs animaux divagants et même pour leurs pratiques un peu « sauvages » (comme le vol de bétail).[7] Dans d’autres cas (Loubheire), des villages d’éleveurs qui ont pu rester dans leurs territoires, malgré les attaques subis pendant les événements de 1989, ont dû partager leur espace avec des nouvelles populations qui ont assumé la représentation du village au sein de la Commune et le contrôle foncier. Souvent, ces nouvelles populations ont pu gagner ce pouvoir grâce à des solidarités tribales et/ou des solidarités politiques avec l’administration de l’État. D’autres fois encore, ces solidarités tribales ont pu extraire, comme on a déjà vu, certains villages de populations « socialement dépendantes » de leur complet isolement. Le pouvoir des clientèles peut arriver même à changer l’aspect territorial des Communes. Certains villages en dehors des frontières communales sont administrativement reconnus par la Commune pour les relations clientélistes qu’ils gardent avec les pouvoirs communaux ou des groupes influents dans le chef-lieu (cas de Boully). Cela démontre comment la marginalité politique n’est pas seulement un produit de la marginalité spatiale : elle dépend aussi du degré d’inclusion aux réseaux d’alliances politiques qui s’articulent dans la Commune et ailleurs. Les représentants politiques (élus et non élus) ont souvent fait leur campagne politique sur la construction d’alliances avec les groupes sociaux ou politiques plus importants du territoire. Dans un contexte où, malheureusement, les clientèles avaient plus d’importance que la volonté individuelle exprimée lors des élections, les villages et les groupes qui ne pouvaient pas compter sur leur poids politique ou sur des réseaux de clientèle restaient complètement écartés des décisions politiques.

Avant la nouvelle décentralisation de 2000 et la récente transition, le problème de la marginalisation politique de certains villages s’associait à une désaffection politique plus générale. Elle était motivée d’une part par un système politique mauritanien fondé sur des réseaux clientélistes qui se répercutaient à niveau local et de l’autre par un sens d’étrangeté pour les institutions : les instances politiques étaient souvent perçues au niveau du village comme des entités intrusives dans la vie quotidienne des populations, avec leurs logiques, et surtout leurs impôts et leurs lois. Cela provoquait une relation politique particulière entre responsables politiques et populations, la politique se résumant, dans l’esprit des villageois, à une « politique de troc » : une fidélité aux élections en échange de la promesse d’un projet ponctuel dans le village, loin des notions de programme politique ou de projet de développement commune qui auraient dû fonder la citoyenneté communale. Il s’agit d’une logique d’intérêts, souvent légitimes, de représentants et représentés ; mais une logique éloignée de la « représentativité politique ». Du point de vue des élus, cette forme de politique était inévitable à cause du manque d’une conscience communale et d’un système politique national qui ne donnait que rarement des marges de manœuvres aux élus locaux pour inventer une nouvelle politique. Mais surtout, dans des villages d’extrême précarité de vie, la promesse d’un puit ou d’un grillage, plutôt qu’un discours sur le développement en général, était et continue à être le seul discours politique auquel les villageois peuvent prêter l’oreille.

Avec la transition, mais déjà depuis l’intensification du processus de décentralisation en 2000, des nouvelles dynamiques se sont mises en place. Notre enquête a coïncidé avec la préparation de la campagne électorale pour les élections municipales du 19 novembre 2006, constituant un point de vue privilégié pour saisir ces nouvelles dynamiques. Certainement, ce qu’on a appelé la « politique du troc » et les réseaux d’alliances clientélistes continuent d’être les pratiques déterminantes du jeu politique. Cependant, les promesses ont dû se faire plus fortes et persuasives et les alliances politiques ont dû s’élargir à cause de plusieurs facteurs :

–      Les échos de la transition et du changement de régime sont arrivées même dans les coins les plus reculés de la brousse mauritanienne, atténuant la désaffection politique et mobilisant donc des nouveaux intérêts et espoirs ;

–      Le passage vers des formes plus sûres de multipartisme a favorisé l’ampliation de la compétition et du débat. Les villages ont donc pu choisir entre plusieurs candidats en fonction de leurs promesses.

–      L’idée d’une élection à forte participation a conféré à chaque individu un pouvoir de choix.

Ce développement de la compétition et du débat politiques a atténué la marginalité de certains villages et activé les positionnements politiques des villages. Celles-ci se résument à un appui inconditionné aux élus ou à une critique radicale, sans espace pour des propos nuancés. Mais même les critiques les plus dures peuvent représenter la base de départ pour la construction d’une identité et une citoyenneté communales : la critique, au-delà de son côté négatif, dévoile un début d’attribution de responsabilité politique des représentants par la population et de prise de conscience d’appartenance à une entité politique commune.

 

L’impact du processus de concertation

Le projet Paidel et les Cadres de Concertation promus par le GRDR ont été conçus pour obvier aux problèmes de représentativité de tous les villages des Communes, instituant des instances où toutes les collectivités locales pourraient participer à la prise de décisions en matière de développement. L’objectif de notre enquête était d’analyser et évaluer l’impact réel de l’appui à la décentralisation des Concertations du GRDR. L’analyse préalable du contexte et de la question au sens général qui a précédé se montrait nécessaire, afin de saisir ensuite le changement que les CCC ont encouragé ou les obstacles politiques et sociaux qui ont empêché l’obtention de ses objectifs[8]. Effectivement, les CCC semblent trouver des limites dans la reproduction en son sein des mêmes facteurs qui déterminent le jeu politique des Communes : marginalité territoriale et politique de certains, clientèles exclusives, manque de conscience citoyenne.

Un premier problème semble être celui de la participation et de la représentativité des villages. Tous les villages semblent avoir participé aux CCC à l’exception significative des plus marginaux, en particulier ceux des rapatriés, mais derrière cette participation diffuse se cache le problème extrêmement sensible de la représentativité des villages, ou mieux, de la reconnaissance même d’une entité villageoise légitime. Le plus grand problème de représentativité semble se poser pour les villages qui recèlent de plusieurs communautés : qui est légitimé à représenter tout le village ? Ne devrait-on pas créer plusieurs représentants, les communautés étant souvent séparées en quartiers ? Ce problème a été affronté et résolu seulement pour les villages les plus grands, ceux de longue installation et d’agriculteurs qui constituent des pôles économiques et surtout politiques de la Commune, montrant un développement déjà « urbain » et moins « villageois ». Dans ce cas, chaque quartier du village auquel correspond normalement une communauté a son représentant dans les CCC. Mais pour les autres villages, la question reste désavouée :

–      Les installations des « hôtes ». Dans le cas des villages installés comme « hôtes » sur les terres d’une autre collectivité, leur reconnaissance et donc leur légitimité à participer aux instances de concertation constitueraient un élément de perturbation des alliances déjà établies entre responsables politiques et collectivités installées depuis longtemps. Dans ces villages, souvent créés par volonté de l’administration d’État, des collectivités différentes se retrouvent à partager le même village. L’administration s’arrête souvent à des considérations de type « ethnique » pour former ces villages, oubliant qu’à l’intérieur des groupes Peuls, Soninkés ou Maures existent des lignages, des tribus ou des statuts qui déterminent leurs différences et leur séparation spatiale. Dans certains villages de rapatriés par exemple, on retrouve deux tribus de la même ethnie associées mais séparées dans des quartiers distincts. La représentativité du village dans son ensemble devient alors un enjeu de conflit entre ces groupes. Dans l’un de ces villages par exemple, une moyenne d’un changement de chef par an a pu être observée.

–      Les installations de nouveaux propriétaires sans expulsion. Dans ce cas, des populations extérieures sont venues s’installer récemment dans un espace villageois déjà occupé sans en chasser la population présente. Liés souvent à des solidarités tribales et des réseaux politiques robustes, ces nouveaux villageois assume la représentation du village (et souvent les droits fonciers), créant une marginalisation des populations précédemment installées (cas de Loubheire).

La relation entre pluralité communautaire d’un village et conflit pour la représentativité n’est pas directe. Certains cas de bonne entente entre communautés au sein d’un village démontrent que le conflit n’est pas inévitable. Dans le village de X (celui entre Chalkha et Kalinioro), la coexistence de trois communautés différentes n’a pas créé de gros conflits au sujet de la représentativité politique (et donc au CCC) puisque sont satisfaites certaines conditions : la primauté historique dans l’installation du groupe du chef de village est reconnue ; il y a accord satisfaisant sur la partition des ressources.

La plus grande limite des CCC dans sa contribution à la construction d’une citoyenneté communale reste la confusion faite entre les instances du Grdr et les instances politiques « officielles », en particulier la figure du maire. Pour les villages les plus marginaux, la distinction entre CCC et Conseil Municipal n’a pas beaucoup de sens, les deux étant perçus comme des entités extérieures.  Dans les villages plus intégrés, où la circulation de l’information et la conscience politique sont plus développées, le rôle du CCC semble être mieux compris, la distinction avec les instances formelles étant admise. Cependant, dans ce cas aussi le CCC semble être mêlé aux dynamiques politiques communales, reproduisant tout simplement les rapports de force déjà présents. Il existe donc dans les esprits de tous les villageois une confusion et une superposition entre fonction du CCC et fonction des instances formelles qui révéleraient l’incompréhension de la portée innovatrice des CCC. La Concertation voudrait en principe offrir à toutes les collectivités l’occasion d’une représentativité et d’une participation politiques qui ne pourraient pas être conquises autrement. Pourtant, elle est perçue comme une simple reproduction des rapports politiques existants, les collectivités ne saisissant pas complètement l’occasion que cette nouvelle instance représente pour avancer leurs revendications qui sentaient ne pas pouvoir exposer ailleurs.

Cette incompréhension de la portée novatrice du CCC est intimement liée à un défaut dans la circulation de l’information entre les collectivités. Certains villages semblent ne pas avoir été mis au courant de l’utilité que les CCC pouvaient revêtir pour eux. Pendant notre enquête dans les villages les plus marginaux, nous nous sommes retrouvés, en posant des questions sur la participation aux Concertations, à jouer le rôle d’informateur. Un interlocuteur, éleveur récemment rapatrié, nous a dit : «  on ne savait pas qu’existaient ces réunions où l’on peut prendre la parole pour expliquer nos problèmes et où notre accord est nécessaire pour prendre des décisions ». Cette complète ignorance ne fait pas cas de figure, mais démontre les déséquilibres entre collectivités dans la connaissance de l’utilité du GRDR. Dans un autre village de sédentaires, agriculteurs, installés de longue date et sur un axe de transport principal, un représentant au CCC a été capable de m’expliquer toutes les décisions et tous les projets élaborés au sein des CCC, même pour les villages les plus lointains. A 500 mètres, dans un village de « nouveaux libres » récemment installés, à notre question sur la participation aux instances le chef nous a affirmé : « le Maire n’a rien fait pour nous, seulement des promesses, mais on n’a rien vu. Je vais quelques fois à parler à la Commune (aux CCC), mais le Maire est contre nous ». Les décalages dans la connaissance des règlements et de ce qui se passe dans les CCC dépendent bien évidemment de certains facteurs objectifs, comme l’instruction et la proximité géographique des axes de circulation de l’information. Cependant, comme le démontre le cas des deux villages séparés par 500 mètres, ces facteurs ne peuvent pas tout expliquer. Parfois, la circulation de l’information dépend aussi de l’intérêt des animateurs des Concertations, cette circulation suivant souvent les réseaux de clientèle politique.

La participation des villages est soumise à des déséquilibres d’information et de pouvoir de revendication. Cependant, on pourrait penser qu’une fois intégrés aux instances tous les villages, en cohérence avec l’esprit des CCC, ils prennent la parole, participent, se responsabilisent. Le consensus entre tous les participants, nécessaire à la prise de décisions, suggérerait évidemment un « accord partagé » entre les parties. Dans toutes les Communes des Plans d’Action Prioritaire pour la définition des projets de développement ont été votés à l’unanimité. Mais alors, comment expliquer les critiques faites à ces plans, en définitive aux choix mêmes auxquels on a contribué ? La question est cruciale. Étant perçues comme des instances soumises aux rapports politiques déjà existants, les CCC ne sont pas considérés les cadres offrants la possibilité de participation aux prises de décisions qu’on ne pouvait pas trouver ailleurs. Les villageois sont convaincus de la partialité de toute décision et justifient alors leur accord avec des raisonnements de ce type : « on accepte les décisions parce qu’on attend notre tour ». Sur ces bases, on peut alors accepter que les projets dans d’autres villages soient prioritaires, en espérant qu’un jour le moment arrivera pour la mise en œuvre de projet dans les autres villages.

Malgré les protestations et les jalousies que le système imparfait de prise de décision peut fomenter, la planification commune des projets a un effet positif sur la création d’une identité politique puisqu’elle créé une forme d’attente pour toutes les décisions prises en concertation. On a là une occasion de soutenir et alimenter la cohésion communale, mais elle butte contre des empêchements de nature incontrôlable pour les acteurs de la Commune, à savoir les orientations des bailleurs des fonds et leur soutien financier au projet. Tous les villages qui ont participé aux Concertations, actives surtout dans leur phase initiale d’élaboration des Plans d’action prioritaire, ont formulé des jugements positifs à leur égard. Mais cela a alimenté des espoirs et des attentes parfois déçues pour le manque d’une mise en œuvre conséquente, pour manque de financements. Cette déception s’accroît avec la réplique d’ONG et organismes de coopération et développement qui multiplient les études et les planifications, en substance les promesses. Les villageois disent souvent : « on avait déjà fait les mêmes choses, on nous avait promis des projets, mais rien a été fait et maintenant on recommence ». Certes, les villageois ne peuvent pas être au courant des « politiques » des ONG, de leurs contraintes financières et de leurs relations. Mais là l’analyse du socio-anthropologue s’arrête pour laisser la place aux décideurs politiques du développement pour répondre à ce problème et aux questions suivantes.

Questions

–      Comment suivre un développement qui ne peut qu’être inégal pour faire participer tous les villages ?

–      Comment gérer à niveau local, dans ce cas communal, les influences, surtout politiques, provenant de l’extérieur ou des problèmes qui ne peuvent qu’être considéré dans leur intercommunalité ?

 

 


ANNEXE

Une typologie de la marginalité et de l’intégration villageoise

Une typologie des villages entre marginalité et intégration

Le degré de marginalité/intégration d’un village ou un groupe est relatif. Elle doit être défini, plutôt qu’en termes absolus, en termes relatifs, par rapport à un autre village ou groupe avec qui la comparaison peut avoir du sens euristique.

Ce schéma a été utilisé à niveau de village, mais il pourrait avoir une utilité euristique si appliqué aux ménage ou même aux individus pour en mesurer la marginalité par rapport à leur village ou groupe d’appartenance. Il a donc une application à plusieurs échelles.

Chaque critère pourrait être en plus quantifié.

 

 

 

  Marginalité Intégration

 

  1. Catégories structurelles

 

  1. 1.     Infrastructures de base (eau)
   
  1. 2.     Accès à la terre

Propriété

Fermage

   
  1. 3.     Ancrage territorial historique (± 18 ans)
   
  1. 4.     Propriété foncière

Droit coutumier revendiqué

Titre légal

   
  1. 5.     Sédentarisation
   
  1. 6.     Propriété bétail
   
  1. 7.     Diversification économique
   
  1. 8.     Réseaux transport
   
  1. 9.     Accès marchés
   
  1. 10.  Réseau communication
   
  1. 11.  Migration

Nationale

Internationale

   
  1. 12.  Accès à l’éducation

Primaire

Secondaire

Supérieure

   
  1. 13.  Alphabétisation
   

 

  1. Catégories politiques

 

  1. 14.  Solidarité tribale ou clientéliste

Locale / horizontale

Supra-locale / verticale

   
  1. 15.  Représentants politiques

Locaux

Nationaux

   
  1. 16.  Réseaux Politiciens et Partis politiques

Locaux

Nationaux

   
  1. 17.  Administration

Locale

Nationale

   
  1. 18.  Associations et coopératives
   
  1. 19.  ONG et projets développement

GRDR

Autres

   

 

  1. Catégories conscience et mobilisation

 

  1. 20.  Connaissance des lois (droits et devoirs)

GRDR

Autres

   
  1. 21.  Information

GRDR

Autres

   
  1. 22.  Participation instances de décision

Instances GRDR

Autres réunions ou assemblées

   
  1. 23.  Participation prises de décision

Instances GRDR

Autres réunions ou assemblées

   
  1. 24.  Conscience territoriale

Locale (Communale)

Nationale

   
  1. 25.  Aspirations
   
  1. 26.  Conscience politique

GRDR

Autres

   

 

Bibliographie

CDHLP. 2004. “Étude qualitative sur la pauvreté dans la Wilaya de Guidimagha.”

CDHLP, GRDR, and Eco-développement. 2004. “Inventaire régional des infrastructures publiques dans le Guidimakha (IRIP).”

Crochet, David. 2006. “La concertation : un cadre de “réarrangement collectif”, de légitimation des instances communales. Vers l’appropriation d’un outil de développement et de gouvernance local? Le cas des communes appuyées par le PAIDEL dans les Bassin du fleuve Sénégal.” Institut universitaire professionnalisé de Sociologie Appliquée, Département de Sciences Sociales, Université de Toulouse Le Mirail, Toulouse.

GRDR. 2000. “Monographies des Communes du Paidel.”

GRDR. 2006. “Programme de Sécurité Alimentaire et de Gestion des Ressources Naturelle de la Commune de Baïdiam. Rapport final d’activités.”

Leservoisier, Olivier. 1994. La question foncière en Mauritanie : terres et pouvoirs dans la région du Gorgol. Paris: L’Harmattan.

Manchuelle, Francois. 1989. “Slavery, Emancipation and Labour Migration in West Africa: The Case of the Soninke.” Journal of African History 30:89-106.

Manchuelle, François. 1997. Willing migrants : Soninke labor diasporas, 1848-1960. Athens

London: Ohio University Press ; J. Currey Publishers.

Marchesin, Philippe. 1992. Tribus, ethnies et pouvoir en Mauritanie. Paris: Karthala.

MDRE/GTZ/ARGE and ECO-IRAM. 2001. “Recueil socio-économique. Rapport final. Projet Guidimakha.”

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. 1995. Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, vol. Hommes et sociétés. Marseille: APAD.

Timéra, Mahamet. 1996. Les Soninké en France : D’une histoire à l’autre. Karthala.

 

 


[1] Cet article est destiné aux acteurs du développement afin de leur ouvrir des perspectives socio-anthropologiques dans la planification, l’orientation stratégique et l’application des projets. Le texte n’est pas à première vue destiné à la réflexion scientifique sur le sujet, laquelle a pourtant été développée lors de l’enquête dans le cadre d’une thèse de doctorat d’anthropologie politique (École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris et Université de Milano Bicocca).

[2] Cela semble encore plus significatif dans ces contrées saharo-sahéliennes soumises à la précarité et l’exiguïté de ressources naturelles, économiques… Pour plus d’informations sur la question du conflit et son rôle dans le développement voir (Olivier de Sardan 1995).

[3] La liste des nécessités recensées ne correspond pas aux priorités que les représentants des villages ont établies dans la planification des projets de développement au sein des CCC. Cette différence significative sera analysée successivement.

[4] Il s’agit bien évidemment d’un résumé qui ne met pas en lumière les différences entre les nécessités spécifiques à chaque village, l’ordre de la liste étant un indicateur tendanciel des propos exprimés.

[5] Ordonnance 83.127 du 5 juin 1983, accompagnée d’un décret d’application le 19 janvier 1984 mais remplacé par le décret d’application 90.020 du 31 janvier 1990 et de 2000

[6] Ces modèles doivent être pris à titre explicatif, donnant des clefs d’interprétation pour les différents cas concrets qu’on veuille analyser.

[7] Discours d’un Maire.

[8] L’analyse des dynamiques internes aux CCC étant déjà analysées dans d’autres rapports (Crochet 2006), nous nous sommes intéressés plutôt aux retombées sociales et les perceptions des villageois de ces instances, en dehors du déroulement formel des réunions.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.