Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique

Journées d’études, La question des échelles en SHS à l’épreuve de l’interdisciplinarité, Université Paris V, 12 juin 2015

Cette intervention s’interroge sur les conséquences, pour l’analyse anthropologique du politique, de la transformation actuelle des rapports de pouvoir dans le contexte de globalisation. Objet classique de l’anthropologie politique, les rapports de pouvoir ont traditionnellement été analysés comme produits par l’asymétrie de relations sociales directes. Cela a permis d’interroger les interactions politiques pratiques et symboliques entre gouvernants et gouvernés, souverain et sujets, classes hégémoniques et groupes subalternes, etc., comme des dialectiques entre domination et résistance. Or, la globalisation a renforcé l’inscription de ces rapports de pouvoir à l’intérieur d’échelles géographiques plus vastes, qui dépassent les sphères des relations sociales directes. L’anthropologie a répondu au défi posé par ces transformations en s’intéressant (de nouveaux) aux dynamiques ou forces impersonnelles qui lient le global et le local – dont notamment le « capitalisme » – et en développant des méthodes ethnographiques à la fois multi-situées et multi-scalaires (par exemple, de l’institution internationale au village et retour). Cependant, une conceptualisation du pouvoir et surtout du politique reste encore à peaufiner à l’égard des impacts que cela peut avoir sur la manière dont les sujets se pensent dans des rapports de forces et des champs de possibilités déterminés par des dynamiques de grande échelle qui leur échappent et par des rapports sociaux indirects : comme tels, ils sont vus non pas comme des rapports de domination « injustes », mais plutôt comme des rapports d’inégalités dans l’accès à la globalisation, et pour cela ils ne semblent pas modifiables par la simple « résistance » ou « contestation ». La réflexion s’appuie sur des expériences de recherche ethnographique sur les transformations du politique dans des contextes ruraux d’Afrique de l’Ouest intégrés dans la globalisation et sur une nouvelle perspective de recherche multi-située entre Afrique et Europe sur les impacts de la globalisation autour de l’économie pastorale.

Continue reading “Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique”

Looking for Gramsci in Local Resistances – Reflections from the Margins

Paper presented at the panel Capitalism and Global Anthropology: Marxism Resurgent (conveners L. Steur and P. Nieveling), 17th Conference of the International Union of Anthropological and Ethnological Studies, 5th-10th August 2013, Manchester, UK – 

My paper deals with a Gramscian analysis of subaltern people’s resistances in West Africa. Relying on my ethnographic fieldwork in Mauritania, Mali, and Benin, it discusses pastoral communities facing political discrimination and rural economic economy; and of people, both in rural and urban contexts, coping directly with global capitalism. In this second case, they are pastoral communities, again, facing the grabbing of their lands, and slum dwellers of slave descent confronting slum-clearance programs.

Continue reading “Looking for Gramsci in Local Resistances – Reflections from the Margins”