Présentation

Dans la période actuelle de crise des institutions et des idéologies, le politique n’est conçu que par des concepts qui essayent d’en redéfinir la nature et les frontières: post-politique, impolitique, anti-politique, infra-politique, dépolitisation. Ce carnet entend interroger la contribution de l’anthropologie à la compréhension et à la critique du politique dans le monde actuel, à la pratique ou l’imagination de projets de sociétés pensés comme alternatifs et aux pratiques et aux théories d’émancipation des sujets contemporains, à partir de lectures, impressions et recherches personnelles.

 

Ce carnet interroge la contribution de l’anthropologie à la compréhension et à la critique du politique dans le monde actuel, à la pratique ou l’imagination de projets de sociétés pensés comme alternatifs et aux pratiques et aux théories d’émancipation des sujets contemporains.

Dans la période actuelle de crise des institutions et des idéologies, le politique n’est conçu que par des concepts qui, en le déclinant par suffixes, essayent d’en redéfinir la nature et les frontières. La philosophie critique, centrée essentiellement sur les expériences occidentales, dessine les contours d’une époque post-politique ou impolitique, marquée par la méfiance pour les institutions classiques de la politique moderne – État, bureaucratie, partis politiques – et par l’émergence de nouvelles formes de gouvernement « technique » des sociétés. Les anthropologues retrouveront dans ces descriptions des convergences entre le Nord et le Sud du monde, où la gouvernance néo-libérale, des projets de développement aux réformes structurelles, a déjà conduit depuis longtemps vers des formes de dépolitisation des sociétés. À ces dynamiques s’opposent des mouvements sociaux et des théories politiques qui mettent l’accent plutôt sur des formes d’alternatives d’exercice du politique, en le soustrayant aux institutions – réputées historiquement dégénérées ou coupables du pêché originel de la domination – pour le replacer dans la société civile et dans des expériences socialement « imbriquées » de production politique et de transformation sociale : ce sont les mouvements anti-politiques qui circonscrivent leur discours aux critiques des élites qui monopolisent le pouvoir ; ainsi que les théories – anarchistes ou populistes – qui mettent plutôt l’accent sur l’infra-politique et la capacité de groupes subalternes et plus simplement d’individus sans pouvoir de construire formes de résistance et d’alternatives.

Inscrit dans ces débats, le carnet interroge la contribution passée et potentielle de l’anthropologie à la critique des sociétés contemporaines, à l’imagination d’alternatives politiques et à la construction de formes possibles d’émancipation.

L’anthropologie bénéficie d’une longue expérience d’inspiration réciproque et échange avec la pensée politique et les mouvements sociaux à la recherche d’alternatives politiques. D’une part, les anthropologues ont souvent eu des intentions politiques, avouées ou pas, dans l’orientation de leurs interprétations des sociétés. De l’autre, l’ethnologie des sociétés « traditionnelles » a eu une grande influence sur les penseurs et les mouvements politiques et sociaux, jusqu’à faire des « nomades » et des « barbares » des exemples inspirateurs des mouvements sociaux d’aujourd’hui. Cependant, ce carnet se propose d’éviter les risques d’une « ethnologie prétexte » et de mener plus en profondeur une réflexion sur ce que les sociétés objets de nos ethnographies peuvent effectivement nous dire sur la possibilité d’imaginer des projets politiques alternatifs et sur les possibilités d’émancipation des « nous » et des « autres », ici comme ailleurs.

 

– Rédacteur : Riccardo Ciavolella

 

Licence Creative Commons
Alter-politics de Riccardo Ciavolella est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 non transposé.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://alterpol.hypotheses.org.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *