Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique

Journées d’études, La question des échelles en SHS à l’épreuve de l’interdisciplinarité, Université Paris V, 12 juin 2015

Cette intervention s’interroge sur les conséquences, pour l’analyse anthropologique du politique, de la transformation actuelle des rapports de pouvoir dans le contexte de globalisation. Objet classique de l’anthropologie politique, les rapports de pouvoir ont traditionnellement été analysés comme produits par l’asymétrie de relations sociales directes. Cela a permis d’interroger les interactions politiques pratiques et symboliques entre gouvernants et gouvernés, souverain et sujets, classes hégémoniques et groupes subalternes, etc., comme des dialectiques entre domination et résistance. Or, la globalisation a renforcé l’inscription de ces rapports de pouvoir à l’intérieur d’échelles géographiques plus vastes, qui dépassent les sphères des relations sociales directes. L’anthropologie a répondu au défi posé par ces transformations en s’intéressant (de nouveaux) aux dynamiques ou forces impersonnelles qui lient le global et le local – dont notamment le « capitalisme » – et en développant des méthodes ethnographiques à la fois multi-situées et multi-scalaires (par exemple, de l’institution internationale au village et retour). Cependant, une conceptualisation du pouvoir et surtout du politique reste encore à peaufiner à l’égard des impacts que cela peut avoir sur la manière dont les sujets se pensent dans des rapports de forces et des champs de possibilités déterminés par des dynamiques de grande échelle qui leur échappent et par des rapports sociaux indirects : comme tels, ils sont vus non pas comme des rapports de domination « injustes », mais plutôt comme des rapports d’inégalités dans l’accès à la globalisation, et pour cela ils ne semblent pas modifiables par la simple « résistance » ou « contestation ». La réflexion s’appuie sur des expériences de recherche ethnographique sur les transformations du politique dans des contextes ruraux d’Afrique de l’Ouest intégrés dans la globalisation et sur une nouvelle perspective de recherche multi-située entre Afrique et Europe sur les impacts de la globalisation autour de l’économie pastorale.

Continue reading “Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique”

The “political initiative” and the Political Representation of “organic intellectuals” Among a Marginalized Group in Benin

Paper presented at the American Anthropological Association, Washington, panel Translating subalternities today. Critical Perspectives on Gramsci and anthropology,  Sunday, December 7, 2014: 12:15 PM

Riccardo Ciavolella (CNRS/EHESS)

This paper retraces the political initiative of a marginalized community in Northern Benin, fostered by some local leaders claiming for the recognition of rights to politics and to economic resources of their constituencies. Their role is like that of “organic intellectuals”, maintaining the necessity of autonomous emancipation of these groups as a cohesive political subject. To do that, intellectuals – called “Jannguube”, which means both “political representatives” and “literate people” – insist on the idea of a “cultural and moral awakening”. Political representation then passes through the idea of a cultural representation of the subaltern groups, with discourses insisting on identity, cultural specificity and the necessity of re-discovering their own “history” as a tool for affirming their social and political presence. In this perspective, they show an interest in the monographic work of the anthropologist as an instrument for political recognition. In a more theoretical perspective, the paper addresses the issue of the “political initiative” of subaltern groups in the terms of Gramsci, but with an interesting convergence with political theories of anthropologists; and the issue of political representation and the “organic” link between intellectuals and their constituencies.

Continue reading “The “political initiative” and the Political Representation of “organic intellectuals” Among a Marginalized Group in Benin”

What if people do not move into political movements? – The case of Fulani pastoral nomads in West Africa

Paper presented at the workshop “Activism and Possibilities of Justice: Anthropological Perspectives”, organised by the Anthropology and Social Movements Network of the EASA, University of Perugia (Italy), 26th October 2013 –

This paper inquires into the consequences, for the debate on social movements, of considering the situations of depoliticised or under-represented populations, rather than those of groups already active and engaged in political and social struggles. Actually, the recent attention paid to popular uprisings in the Global South should not neglect, in a Gramscian sense, the need for a reflection on the conditions for mobilisation or non-mobilisation, and on the different stages of politicisation of subaltern groups.

Continue reading “What if people do not move into political movements? – The case of Fulani pastoral nomads in West Africa”

Les dilemmes du pastoralisme. Entre marginalisation et modernisation chez les éleveurs peuls à Djougou (Bénin)

Draft paper resumant les principaux résultats de recherche pour l’ANR ECLIS (Environnement Climat Société) sur les pasteurs peuls de Djougou au Bénin. Une version corrigée est en cours de préparation pour publication

Continue reading “Les dilemmes du pastoralisme. Entre marginalisation et modernisation chez les éleveurs peuls à Djougou (Bénin)”

Les marges de l’Etat. Gramsci, les FulaaBe et l’Etat mauritanien

Ce texte est une version préliminaire, en langue française, de l’article “Huunde fof ko politik – Everything is politics. Gramsci, Fulani and the State in Mauritania”, Africa Today, Volume 58, Number 3, Spring 2012, Special issue “Central Peripheries and Sliding Contexts: Absence and Marginality as Spaces of Emergence”: 2-21. L’article en anglais est enrichi par une réflexion sur la question cruciale de la résistance qui malheureusement manque dans cette version française.

Continue reading “Les marges de l’Etat. Gramsci, les FulaaBe et l’Etat mauritanien”

Mobilizing Family Relationships against Marginality. The Case of the FulaaBe of Mauritania

This paper was presented at the European Conference of African Studies of AEGIS, in Leiden, July 2007. A longer version of the paper has been published in Italian: Ciavolella, Riccardo. 2009. “I Fulaabe della Mauritania e i loro tentativi di integrazione allo stato”. In Alice Bellagamba, ed., Inclusi/Esclusi. Prospettive africane sulla cittadinanza. pp. 62-85. Torino: UTET. Please, also refer, for a longer discussion in French, to my PhD dissertation Le pouvoir aux marges. Les Fulaaɓe et l’État mauritanien. Ph.D. diss., Università di Milano Bicocca, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2008; and to the monograph Les Peuls et l’Etat en Mauritanie. Une anthropologie des marges. Paris: Karthala, 2010.

Continue reading “Mobilizing Family Relationships against Marginality. The Case of the FulaaBe of Mauritania”

Une analyse anthropologique du processus de Concertation dans des Communes du Guidimakha (Mauritanie)

Enjeux locaux et influences externes, conflits politiques et citoyenneté communale –

Rapport de mission de recherche pour compte du Groupe de Recherche et Réalisations dans le Développement Rural (GRDR), En Mauritanie, en 2006. Une partie de ce travail a été repris dans l’ouvrage: Ciavolella, Riccardo. 2010. Les Peuls et l’Etat en Mauritanie. Une anthropologie des marges. Paris:Karthala. Des considérations plus générales sur ce travail d’anthropologie appliquée ont été publiées en italien dans l’article: Ciavolella, Riccardo. 2012. “Per chi parla l’antropologo. Legittimità della ricerca tra i marginali dello sviluppo, partendo da un caso della Mauritania centro-meridionale”. In Francesca Declich, ed., Il mestiere del consulente antropologo. Riflessioni su esperienze tra sviluppo e istituzioni. pp. 51-63, Roma: Carocci. –
Continue reading “Une analyse anthropologique du processus de Concertation dans des Communes du Guidimakha (Mauritanie)”