Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique

Journées d’études, La question des échelles en SHS à l’épreuve de l’interdisciplinarité, Université Paris V, 12 juin 2015

Cette intervention s’interroge sur les conséquences, pour l’analyse anthropologique du politique, de la transformation actuelle des rapports de pouvoir dans le contexte de globalisation. Objet classique de l’anthropologie politique, les rapports de pouvoir ont traditionnellement été analysés comme produits par l’asymétrie de relations sociales directes. Cela a permis d’interroger les interactions politiques pratiques et symboliques entre gouvernants et gouvernés, souverain et sujets, classes hégémoniques et groupes subalternes, etc., comme des dialectiques entre domination et résistance. Or, la globalisation a renforcé l’inscription de ces rapports de pouvoir à l’intérieur d’échelles géographiques plus vastes, qui dépassent les sphères des relations sociales directes. L’anthropologie a répondu au défi posé par ces transformations en s’intéressant (de nouveaux) aux dynamiques ou forces impersonnelles qui lient le global et le local – dont notamment le « capitalisme » – et en développant des méthodes ethnographiques à la fois multi-situées et multi-scalaires (par exemple, de l’institution internationale au village et retour). Cependant, une conceptualisation du pouvoir et surtout du politique reste encore à peaufiner à l’égard des impacts que cela peut avoir sur la manière dont les sujets se pensent dans des rapports de forces et des champs de possibilités déterminés par des dynamiques de grande échelle qui leur échappent et par des rapports sociaux indirects : comme tels, ils sont vus non pas comme des rapports de domination « injustes », mais plutôt comme des rapports d’inégalités dans l’accès à la globalisation, et pour cela ils ne semblent pas modifiables par la simple « résistance » ou « contestation ». La réflexion s’appuie sur des expériences de recherche ethnographique sur les transformations du politique dans des contextes ruraux d’Afrique de l’Ouest intégrés dans la globalisation et sur une nouvelle perspective de recherche multi-située entre Afrique et Europe sur les impacts de la globalisation autour de l’économie pastorale.

Continue reading “Des rapports de pouvoir scalaires, médiatisés et indirects. Les conséquences pour l’anthropologie politique”

Vers une « politique du peuple » : une réflexion gramscienne sur le rapport entre anthropologues et mouvements « populaires »

Journée d’études “Réinventions permanentes. Les anthropologues politiques. L’anthropologie politique et les défis du XXIe siècle”, 16 avril 2015, EHESS, Paris

Résumé

À partir d’une analyse de l’influence de Gramsci sur l’anthropologie politique, cette intervention montre, dans un premier temps, l’évolution de ce que l’on a pu entendre par « politique populaire », où l’anthropologie rencontre l’histoire sociale et la théorie critique. Dans un deuxième temps, j’interrogerai la possibilité de mettre à jour cette littérature, en montrant la difficulté, dans le monde actuel, d’identifier des rapports de subalternité directs, ainsi que les impasses ou les possibilités, pour l’anthropologue qui se veut « organique », d’établir des liens d’identification avec un « peuple » lorsque celui-ci semble avoir des « valeurs » et des « aspirations » politiques différentes.

Continue reading “Vers une « politique du peuple » : une réflexion gramscienne sur le rapport entre anthropologues et mouvements « populaires »”

Gramsci et la città futura africaine. Réflexions sur les citadins subalternes et leur initiative politique

Présentation de l’article homonyme, écrit avec Armelle Choplin, à la journée d’étude “Citadinités subalternes en Afrique”, 23 mai 2014, Université Paris Diderot

Le papier présenté aujourd’hui est issu de réflexions communes d’Armelle et moi-même, à partir de recherches sur les mêmes terrains urbains africains, notamment en Mauritanie, et en faisant converger, d’une part, des analyses sur la dimension anthropologique de la pensée gramscienne à propos du concept de subalternité et, de l’autre, des études urbaines sur la politique dans la ville. Dans cette perspective, depuis plusieurs années, nous nous efforçons d’analyser les transformations urbaines imposées par l’État ou le capitalisme globalisé ; et en même temps la résistance à ces hégémonies, ainsi que la construction autonome de manières de vivre et faire la ville par les habitants des marges, par des citadins subalternes.

Continue reading “Gramsci et la città futura africaine. Réflexions sur les citadins subalternes et leur initiative politique”

Programme – L’anthropologie politique et Antonio Gramsci 2014 EHESS

L’anthropologie politique et Antonio Gramsci : influences, inspirations et interprétations

Riccardo Ciavolella, IIAC-LAIOS, Gianfranco Rebucini, IIAC-LAIOS

Les mardis 11/03, 25/03, 29/04, 13/05, 27/05 de 11 h à 13 h, séance exceptionnelle le jeudi 10/04 de 15h à 17h

EHESS – salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

11 mars – Introduction – La pensée de Gramsci et sa contribution à l’anthropologie politique (séance animée par les responsables du séminaire)
Continue reading “Programme – L’anthropologie politique et Antonio Gramsci 2014 EHESS”

L’anthropologie et l’alternative. L’alter-politique et les nomades

par Riccardo Ciavolella – 

Intervention aux Journées d’études « Développements Alternatifs », Neuchâtel, Institut d’ethnologie, mai 2013 –

Cette intervention propose une réflexion théorique sur les liens entre anthropologie et imagination d’alternatives politiques. En analysant les recherches et les discours d’anthropologues engagés dans les mouvements sociaux ou inscrits dans ce type de débat, la présentation mettra l’accent sur l’actualité, pour certains, du recours à l’imagination anthropologique, notamment dans son penchant parfois anarchiste ou anti-institutionnel, pour penser “un autre monde possible”. Or, cette actualité n’est pourtant pas sans poser quelques problèmes à la discipline anthropologique, tiraillée entre la recherche d’altérités inspiratrices qui nierait le besoin de l’État ou des institutions politiques et les besoins d’un ancrage constant à la réalité des contextes toujours spécifiques de l’ethnographie. Pour affronter ces limites, l’intervention reviendra sur comment la question de l’alternative se pose en matière de développement, entendu comme stratégie induite de changement social, en croisant la littérature anthropologique sur la question et des expériences de recherche personnelles auprès de cette “altérité politique” que l’on croit être les “nomades”.

Continue reading “L’anthropologie et l’alternative. L’alter-politique et les nomades”

Séminaire EHESS – Keith Hart “Tha anthropology of unequal society and the struggle for economic democracy” – ANNULÉ

Séance annulée

Jeudi 20 Juin 2013
de 15h00 à 17h00 
salle 11 , 105 Boulevard raspail 75006 PARIS 

Keith HART (University of Pretoria & London School of Economics)

The anthropology of unequal society and the struggle for economic democracy

Discutant : Riccardo CIAVOLELLA

Séminaire du LAIOS 2012-2013 “Anthropologie Politique : Globalisation, Race, Etat”

Véronique BENEÏ
Jean-Bernard OUEDRAOGO

“This is an early draft of an essay for Annual Reviews of Anthropology (2014). Modern anthropology was born to serve the coming democratic revolution against the Old Regime. A government by the people for the people should be based on what they have in common, their “human nature” or “natural rights”. The great Victorian synthesizers, such as Morgan, Tylor and Frazer, stood on the shoulders of predecessors motivated by an urgent desire to make world society less unequal. Jean-Jacques Rousseau deserves to be seen as the source for an anthropology that combines the critique of unequal society with a revolutionary politics of democratic emancipation. The most impressive work coming out of the post-war American school was Eric Wolf’s Europe and the People without History (1982). But Claude Lévi-Strauss tried to redo Morgan in a single book, The Elementary Structures of Kinship(1949). Jack Goody has also engaged with world historyproducing a score of books investigating why Sub-Saharan Africa differs so strikingly from the pre-industrial societies of Europe and Asia, with a later focus on refuting the West’s claim to being exceptional, especially when compared with Asia. 

 The bulk of the essay will consider how anthropologists today have responded to the current world crisis, in the process renewing the political struggle against unequal society and for economic democracy. Chief among them is David Graeber for his book, Debt: The first 5,000 years (2011) and now The Democracy Project (2013). My own work, from The Memory Bank (2000) to The Human Economy (2010), is in dialogue with his and has recently taken a political turn in revisiting the twentieth-century contrast between “reform” and “revolution”: hence my interest in charting a fresh course through this essay. At stake is the formation of world society on the ruins of national capitalism, a process sometimes known as “alter-globalization” or as the struggle for power between national governments and transnational corporations (Blim 2005). The greatest contradiction in contemporary capitalism is over intellectual property rights which takes the particular form of struggles for a digital commons. Gabriella Coleman leads the way here with Encoding Freedom (2013) and her ethnography of Anonymous. 

The research program that I co-direct at the University of Pretoria (http://web.up.ac.za/humaneconomy) exposes me to world society from the perspective of the global South and Africa in particular. Young political anthropologists are breaking new ground in Southern Europe and elsewhere around the world. I hope to get more pointers to relevant reading on recent directions in anthropological research from this seminar. I will speak in English, but read and understand French.”

Alter-politique

Ce carnet interroge la contribution de l’anthropologie à la compréhension et à la critique du politique dans le monde actuel, à la pratique ou l’imagination de projets de sociétés pensés comme alternatifs et aux pratiques et aux théories d’émancipation des sujets contemporains.

Dans la période actuelle de crise des institutions et des idéologies, le politique n’est conçu que par des concepts qui, en le déclinant par suffixes, essayent d’en redéfinir la nature et les frontières. La philosophie critique, centrée essentiellement sur les expériences occidentales, dessine les contours d’une époque post-politique ou impolitique, marquée par la méfiance pour les institutions classiques de la politique moderne – État, bureaucratie, partis politiques – et par l’émergence de nouvelles formes de gouvernement « technique » des sociétés. Les anthropologues retrouveront dans ces descriptions des convergences entre le Nord et le Sud du monde, où la gouvernance néo-libérale, des projets de développement aux réformes structurelles, a déjà conduit depuis longtemps vers des formes de dépolitisation des sociétés. À ces dynamiques s’opposent des mouvements sociaux et des théories politiques qui mettent l’accent plutôt sur des formes d’alternatives d’exercice du politique, en le soustrayant aux institutions – réputées historiquement dégénérées ou coupables du pêché originel de la domination – pour le replacer dans la société civile et dans des expériences socialement « imbriquées » de production politique et de transformation sociale : ce sont les mouvements anti-politiques qui circonscrivent leur discours aux critiques des élites qui monopolisent le pouvoir ; ainsi que les théories – anarchistes ou populistes – qui mettent plutôt l’accent sur l’infra-politique et la capacité de groupes subalternes et plus simplement d’individus sans pouvoir de construire formes de résistance et d’alternatives.

Inscrit dans ces débats, le carnet interroge la contribution passée et potentielle de l’anthropologie à la critique des sociétés contemporaines, à l’imagination d’alternatives politiques et à la construction de formes possibles d’émancipation.

L’anthropologie bénéficie d’une longue expérience d’inspiration réciproque et échange avec la pensée politique et les mouvements sociaux à la recherche d’alternatives politiques. D’une part, les anthropologues ont souvent eu des intentions politiques, avouées ou pas, dans l’orientation de leurs interprétations des sociétés. De l’autre, l’ethnologie des sociétés « traditionnelles » a eu une grande influence sur les penseurs et les mouvements politiques et sociaux, jusqu’à faire des « nomades » et des « barbares » des exemples inspirateurs des mouvements sociaux d’aujourd’hui. Cependant, ce carnet se propose d’éviter les risques d’une « ethnologie prétexte » et de mener plus en profondeur une réflexion sur ce que les sociétés objets de nos ethnographies peuvent effectivement nous dire sur la possibilité d’imaginer des projets politiques alternatifs et sur les possibilités d’émancipation des « nous » et des « autres », ici comme ailleurs.

Les dilemmes du pastoralisme. Entre marginalisation et modernisation chez les éleveurs peuls à Djougou (Bénin)

Draft paper resumant les principaux résultats de recherche pour l’ANR ECLIS (Environnement Climat Société) sur les pasteurs peuls de Djougou au Bénin. Une version corrigée est en cours de préparation pour publication

Continue reading “Les dilemmes du pastoralisme. Entre marginalisation et modernisation chez les éleveurs peuls à Djougou (Bénin)”

Les marges de l’Etat. Gramsci, les FulaaBe et l’Etat mauritanien

Ce texte est une version préliminaire, en langue française, de l’article “Huunde fof ko politik – Everything is politics. Gramsci, Fulani and the State in Mauritania”, Africa Today, Volume 58, Number 3, Spring 2012, Special issue “Central Peripheries and Sliding Contexts: Absence and Marginality as Spaces of Emergence”: 2-21. L’article en anglais est enrichi par une réflexion sur la question cruciale de la résistance qui malheureusement manque dans cette version française.

Continue reading “Les marges de l’Etat. Gramsci, les FulaaBe et l’Etat mauritanien”

Une analyse anthropologique du processus de Concertation dans des Communes du Guidimakha (Mauritanie)

Enjeux locaux et influences externes, conflits politiques et citoyenneté communale –

Rapport de mission de recherche pour compte du Groupe de Recherche et Réalisations dans le Développement Rural (GRDR), En Mauritanie, en 2006. Une partie de ce travail a été repris dans l’ouvrage: Ciavolella, Riccardo. 2010. Les Peuls et l’Etat en Mauritanie. Une anthropologie des marges. Paris:Karthala. Des considérations plus générales sur ce travail d’anthropologie appliquée ont été publiées en italien dans l’article: Ciavolella, Riccardo. 2012. “Per chi parla l’antropologo. Legittimità della ricerca tra i marginali dello sviluppo, partendo da un caso della Mauritania centro-meridionale”. In Francesca Declich, ed., Il mestiere del consulente antropologo. Riflessioni su esperienze tra sviluppo e istituzioni. pp. 51-63, Roma: Carocci. –
Continue reading “Une analyse anthropologique du processus de Concertation dans des Communes du Guidimakha (Mauritanie)”