Programme – L’anthropologie politique et Antonio Gramsci 2014 EHESS

L’anthropologie politique et Antonio Gramsci : influences, inspirations et interprétations

Riccardo Ciavolella, IIAC-LAIOS, Gianfranco Rebucini, IIAC-LAIOS

Les mardis 11/03, 25/03, 29/04, 13/05, 27/05 de 11 h à 13 h, séance exceptionnelle le jeudi 10/04 de 15h à 17h

EHESS – salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

11 mars – Introduction – La pensée de Gramsci et sa contribution à l’anthropologie politique (séance animée par les responsables du séminaire)

25 mars – Marcello Massenzio – professeur d’anthropologie et histoire des religions, Université de Rome Tor Vergata, membre associé de l’IIAC-LAHIC (CNRS/EHESS)

Culture hégémonique et cultures subalternes : influences de la pensée d’Antonio Gramsci sur les études anthropologiques italiennes

10 avril – Cosimo Zene – anthropologue, Directeur du département d’études religieuses, SOAS Londres

La figure de Gramsci dans le monde indien et le concept de subalternité (Séance commune avec le séminaire du LAIOS)

29 avril – Sabrina Melenotte – doctorante, IIAC-LAIOS (CNRS/EHESS)

Hégémonie et résistance dans le Mexique contemporain : atouts et limites d’une lecture de Gramsci

13 mai – Lynda Dematteo – chargée de recherche CNRS, IIAC-TRAM (CNRS/EHESS)

Gramsci retourné en Italie

27 mai – Conclusion – Actualités et inactualités de Gramsci dans la théorie critique et les mouvements sociaux contemporains (séance animée par les responsables du séminaire)

Parmi les intellectuels les plus influents du XXe siècle, Antonio Gramsci constitue une source d’inspiration et une figure centrale dans le débat anthropologique actuel sur le politique. Des études des mouvements contestataires et l’émergence de nouvelles subjectivités politiques sur les cinq continents à l’analyse des formes d’hégémonie culturelle, des SubalternPostcolonialCultural et Gender Studies à l’anthropologie du rapport entre domination et résistance, la pensée gramscienne semble offrir des clés d’interprétations ou des thèmes de réflexion pour comprendre les bouleversements politiques des sociétés contemporaines. Pourtant, ces usages ne sont pas sans contrastes ni contradictions, certains voyant dans sa pensée les fondements d’une théorie de l’hégémonie absolue, d’autres lui attribuant la capacité de penser des formes de résistance et d’alternatives par le bas. Ce séminaire propose de revenir sur ces débats et ces interprétations, ainsi que sur les outils conceptuels gramsciens (hégémonie, subalternité, État, société civile, révolution passive, bloc historique, immanence, le nouveau prince, spontanéisme et direction consciente…) pour en comprendre l’actualité dans le monde et dans l’anthropologie d’aujourd’hui.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *